top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGaelle Rauche

JOUTES POETIQUES DE GRANVILLE - ARTICLE

Dernière mise à jour : 9 juin 2020


Granville, une petite ville par la taille, grande par le coeur. En bord de mer où le vent souffle toujours trop fort et les mouettes crient toujours trop bas. Il y a 10 jours se tenaient les joutes poétiques où je me suis rendue pour la troisième année, non consécutive. Mais pour la première fois, je n'ai pas participé au tournoi qui a vu s'opposer de nombreux poètes venus d'ici et d'ailleurs.


La salle de l'Archipel était pleine d'habitants de Granville venus nombreux, pour découvrir ou redécouvrir le slam dans une ambiance chaleureuse. Et d'autres, venus de plus loin encore comme Si Carlota (Charlotte) souriante sur la photo, avec Slamourai (Jérémy), Daïtoha (Frédéric) et Nicolas. Ils sont mes copains, mes potes, mes amis de scène, de tournoi, depuis trop d'années maintenant. Et même si je ne souhaite plus faire de tournoi pour le moment, je suis toujours heureuse de les retrouver, comme ce week-end à Granville.


Il y avait des vers, de la performance, de l'émotion, des rimes, de l'intelligence, de la bienveillance, des poétesses en ont perdu la voix, d'autres en sont tombées par terre. Il y avait des découvertes, des rires, des larmes, de longs trajets en voiture, des fous rire, de la musicalité, des anges de la route, des hasards sur une aire d'autoroute, des surprises, des bulots, du crachin aussi. Mais au milieu des gouttes, il y avait de l'amour et des souvenirs, d'une soirée enflammée chez Catherine avec les amis de Charleroi et Sophie. Une belle rencontre, une belle personne, qui a réalisé un film poème que je vous conseille si vous ne l'avez pas encore vu "Dann-fon mon kèr", sur la poésie à l'île de la Réunion.


Il y avait des poètes, des coups de poing, des coups de gueule. Il y avait Lisette Lombé, une poétesse belge, avec une force scénique, une manière d'habiter son corps sur scène, de dire, d'écrire comme elle respire, une tendresse et une force époustouflante. Lisette m'a fait le cadeau de donner sa voix au petit film "voix de femmes", qui réunit des poétesses, slameuses du monde. Il y avait Tanguy à la musicalité enivrante, Bernie qui parle avec une guêpe, Méa qui ne tire plus sur les cerfs-volants, Antoine à la tendresse infinie pour les gamins échoués, Mü à la plume douce et technique, et tellement d'autres slameurs, clameurs, écrivains, écrivants, chanteurs, poètes, artistes.


Merci à tous pour ce beau week-end éprouvant. Merci à tous les poètes, j'ai aimé vous écouter. Et à mes compagnons de route, et de galère d'autoroute. Heureusement, les anges gardiens existent, et la chance insolente de Sabrina était avec nous.


79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page